design thinking intelligence collective

Les entreprises misent aujourd’hui sur leur capacité d’innovation pour entretenir leur compétitivité. Leur performance repose ainsi sur leur faculté à mobiliser les connaissances internes et externes afin de favoriser l’intelligence collective. Le Design Thinking apparaît comme un concept intéressant pour favoriser l’émergence de nouvelles idées.

 

Design Thinking : quel apport pour le Product Management ?

En tant que responsable produit, vous devez comprendre, avec précision, les problèmes, les besoins et les désirs des consommateurs. Le Design Thinking peut vous aider à mieux cerner les attentes des utilisateurs lors des phases de développement de produit. Cette démarche, mix entre l’analytique et l’intuitif, apportera une aide précieuse à votre product management, en vous apportant des données tangibles qui pourront valider ou invalider les idées, étape nécessaire à la création d’une expérience utilisateur idéale.

Le Design Thinking permet de ne pas se lancer tête baissée dans la conception d’un produit (aussi innovant soit-il !), mais de consacrer du temps en amont pour se mettre à la place de l’utilisateur. Le Design Thinking permet de mieux comprendre les « vrais » besoins des utilisateurs et de proposer ainsi un ensemble de réponses qui auront plus de chances d’être réellement utilisées. Pour mieux cerner l’utilisateur, les équipes produit sont donc invitées à l’observer, sans lui poser de question, pour ne pas biaiser les résultats. Qui est cet utilisateur ? Comment vit-il ? Que pense-t-il ? Quelles sont ses attentes non adressées ? L’observateur doit faire preuve d’empathie, afin d’identifier l’élément sur lequel bâtir un élément de réponse.

Le Design Thinking préconise ensuite de générer un maximum d’idées pouvant apporter des éléments de réponses aux besoins clairement identifiés. Pour faire émaner des idées, il est indispensable de mettre en place des groupes pluridisciplinaires garantissant une diversité de points de vue.

Le Design Thinking prévoit alors une phase de prototypage de solutions concrètes. Les prototypes Lo-Fi – basse fidélité – (maquettes papier-crayon, objets en carton…) sont réalisés rapidement, afin de vérifier la faisabilité des idées et mettre au plus vite le produit, ou tout du moins l’idée du produit, entre les mains des utilisateurs. Les feedbacks issus du terrain étant un élément central du  Design Thinking, ils permettent de valider les hypothèses émises, voir si le produit répond bien aux attentes des hypothèses et réitérer le processus de conception si nécessaire…

 

Mais le Design Thinking ne suffit plus !

Le Design Thinking est particulièrement utile au product management. Mais à lui tout seul, il ne suffit pas ! Il amorce seulement la création d’un produit. Il faut bien entendu ensuite passer à l’implémentation et initier les développements. Or, la transition du prototype au développement du produit est une étape charnière, pleine de risques. L’avantage avec le Design Thinking, c’est que les équipes de développement ont été impliquées dans la phase de conception du produit, ce qui limite la perte d’information. Néanmoins, une connexion doit impérativement être établie entre les phases amont du projet (Design Thinking) et la mise sur le marché du produit.

Un bon expert du product management, formé au Design Thinking, sera capable de vous aider à passer de la conception du produit à sa mise en œuvre. Veillez cependant à bien le choisir, car certains prestataires se contentent de délivrer un catalogue de bonnes idées, sans s’assurer de leur mise en œuvre opérationnelle !

 

Chez inspearit, nos consultants accompagnent les entreprises vers un changement d’approche de travail et d’organisation interne, propices à la collaboration, mais ils ne s’arrêtent pas là ! Ce cheminement conduit au développement concret du produit. De cette façon, la conception et la mise en œuvre des produits sont toujours faites au plus proche des besoins des utilisateurs.

time to market ebook

Comments are closed.